Autriche : Quatre morts en vienne dans un attentat

Mélanie DUBOIS
Actualités
Mélanie DUBOIS3 novembre 202021 VuesDernière mise à jour :Il y a 1 mois
Autriche : Quatre morts en vienne dans un attentat

Après la France, un autre pays est attaqué : l’Autriche. Au moins quatre personnes ont été tuées dans une fusillade dans le centre de Vienne lundi soir, deux hommes et deux femmes. Un assaillant est toujours recherché. Le maire a également signalé que quinze personnes avaient été hospitalisées, dont sept étaient gravement malades.

L’un des attaquants a été arrêté par la police, qui est venue immédiatement sur le lieu d’attentat. Le ministre de l’Intérieur de l’Autriche, Karl Nehammer, a exprimé du jour au lendemain : « Au moins un suspect est en fuite. » C’était encore ce mardi matin, et il y a eu un raid dans la soirée.

Quelques jours après l’attentat en France, l’attaque n’a pas encore été alertée. Cependant, le ministre de l’Intérieur a déclaré mardi que les assassins étaient des sympathisants de l’État islamique. Karl Nehammer a annoncé lors d’une conférence de presse : « Les témoignages cueillies présentent distinctement qu’il est un activiste proche de l’Etat islamique. »

Attentat terroriste à vienne, en Autriche

Attentat vienne scaled - Wizzz

Il a déclaré que les enquêteurs avaient utilisé des explosifs pour forcer la porte de son domicile, mais ne voulaient pas révéler les détails de l’attaquant. Le ministre a déclaré qu’il était « entièrement armé » d’une arme d’attaque et d’une ceinture explosive, ce qui s’est avéré fictif. Karl Nehammer avait précédemment témoigné qu’un autre attaquant a pris la fuite. Il a dit qu’il pensait qu’il y avait « plusieurs » suspects qui ne pouvaient pas le rassurer formellement. Il a déclaré que les enquêteurs tentaient de déterminer s’il n’y avait eu qu’une seule fusillade et que « la fusillade s’est produite dans un endroit différent ».

Avant que le reconfinement par l’Autriche pour combattre la pandémie de coronavirus ne prenne effet, et quelques heures avant, les fusillades ont éclaté en début de soirée, La scène s’est déroulée dans le centre de la ville, en voisinage d’une importante synagogue et opéra. La police a exprimé que « six lieux différents » avaient été visés. Oskar Deutsch, président de la communauté juive de Vienne (IKG), a déclaré : « Il n’est pas encore certain que la synagogue soit la cible des archers. »

Lorsque des passants se sont enfuis, les forces de l’ordre sont intervenues rapidement sur place pour protéger la résidence. Peu de temps après, le public de l’opéra a été escorté loin de la représentation, la dernière personne à être emprisonnée.

Un fort soutien des autres pays

Macron - Wizzz

Le ministre de l’Intérieur a appelé les habitants d’être prudents et de rester chez eux. À minuit, toutes les personnes qui ont été dans les restaurants et les cabarets voisins sont toujours renfermés à l’intérieur. La police tchèque a déclaré qu’elle avait imposé des contrôles aux frontières à l’Autriche et que la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche avait été renforcée. Un porte-parole de la police allemande a déclaré à l’AFP que ces contrôles aux frontières sont considérés comme des « priorités tactiques » par la police fédérale.

Sebastian Kurz, chancelier de l’Autriche a fermement reproché « l’attaque terroriste dégoûtante » de lundi soir. Il a écrit sur Twitter : « Nous ne laisserons jamais le terrorisme nous menacer. Nous condenserons tous nos efforts et nos forces pour lutter contre ces attaques. » Il a exprimé ses pensées aux « victimes, blessés et à leurs proches ».

L’Union européenne, selon les termes du président du Conseil européen, Charles Michel, a immédiatement « reproché fortement » de telles « attaques horribles », faisant référence à des « actes lâches ». Il a écrit : « L’Europe prohibe solidement ce comportement faible, qui met la vie et les valeurs humaines en danger. Après l’attaque terroriste de ce soir, je pense aux victimes et aux habitants de Vienne. Côté autrichien », représente le manager de 27 sur Twitter.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, , a déclaré qu’elle était « choquée et triste » sur le même réseau social. Elle a déclaré : « Mon idée est d’être avec les familles des victimes et du peuple autrichien. L’Europe soutient pleinement l’Autriche. Nous sommes plus puissants que l’agressivité et la terreur. »

Emmanuel Macron a déclaré : « Nos ennemis doivent savoir avec qui jouent-ils. Nous ne abandonnerons pas. »

Le président américain Donald Trump a condamné sur Twitter « un autre acte de terrorisme diabolique » de Vienne. Le candidat républicain a tweeté à la veille du scrutin : « Les États-Unis se battent aux côtés de l’Autriche, de la France et de l’Europe dans son ensemble pour combattre les terroristes, y compris les terroristes islamiques radicaux. » Il cherche à être réélu. Il a ajouté : « Ces agressions perverses contre des innocents doivent arrêter. »

Le président Poutine a présenté ses condoléances au premier ministre de l’Autriche, le président russe a condamné l’attaque meurtrière de Vienne comme un « crime coriace et effronté ». « Le chef de l’Etat russe condamne fermement ce crime, réaffirme la nature douloureuse du terrorisme et exprime sa conviction que les terroristes n’arriveront à effrayer personne, ni à ensemencer parmi des individus de croyances différentes. Il y a des dissemblances », a déclaré le Kremlin.

Pour plus d’actualités 

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte