Bruno Martini est décédé à l’âge de 58 ans

Mélanie DUBOIS
2020-10-21T15:38:06+00:00
Actualitéssport
Mélanie DUBOIS21 octobre 202034 VuesDernière mise à jour :Il y a 1 mois
Bruno Martini est décédé à l’âge de 58 ans

Bruno Martini qui a réalisé 31 sélections entre 1987 et 1996, a subi un arrêt cardio-pulmonaire au centre de formation de Grammont à la périphérie de Montpellier en début de semaine dernière.

L’ex-gardien nous a quitté à l’âge de 58 ans à Montpellier, où il a exercé sa mission en tant que joueur jusqu’en 1999. Martini (31 options entre 1987 et 1996) a subi un arrêt cardio-pulmonaire au centre de formation de Grammont en périmètre de Montpellier au début de la semaine dernière et a ensuite été transporté en état grave à l’hôpital Arnaud de Villeneuve.

La carrière de Bruno Martini

La mort de bruno Martini - Wizzz

Bruno Martini est né à Nevers, a rejoint l’AJ Auxerre à l’âge de 19 ans, pendant 14 saisons (dont deux prêtés par Nancy) et a remplacé une autre icône du football français Joël Bats. Il a également remplacé son successeur en équipe de France, a remporté 31 sélections entre 1987 et 1996, a participé à la Coupe d’Europe 1992 et a continué à servir de banc en 1996.

En 1988, Martini travaille avec Laurent Blanc, Éric Cantona, Franck Passi et Bernard Casoni et ont remporté le prix du championnat européen ensemble. Il ne possède qu’un seul coupé nommé « Coupe de France », qui est le premier de l’AJA et de Guy Roux. Il s’impose face à Montpellier en 1994 (3-0). Mais il a donné d’autres succès au monde du football, comme sa victoire invaincue qui a été mémorisé par la date de 17 octobre 1987 au 20 février 1988 (aucun but n’a été marque en 892 minutes), battu par Gaëtan Huard avec Bordeaux en 1992-1993 (pendant 1176 minutes).

Avec l’équipe des Bleus, il participe au Grand Chelem de Coupe d’Europe 1992 sous la houlette de Michel Platini. Mais malheureusement les Bleus n’ont pas pu terminer la coupe de l’Euro suédois. Après une longue période de domination bourguignonne, Bruno Martini connu pour sa sobriété et sa prudence, s’est présenté à Auxerre où il a été formé puis a rejoint Montpellier à l’été 1995, et aussi où il a terminé sa carrière (1995-1999).

Personnage connu et respecté

Bruno - Wizzz

Sous la direction de l’équipe de Bourgogne et du symbolique Guy Roux, il a joué plusieurs épopées en Coupe UEFA, joué contre Dortmund (1993) en demi-finale et il a remporté la coupe de France face à son futur équipe en 1994.

« Bruno a toujours été fidèle à lui-même : son travail est rigoureux et compétent, il est honnête dans les discussions et les analyses, se soucie des intérêts collectifs et respecte les relations avec les autres » ont déclaré Didier Deschamps, son adjoint Guy Stéphan et l’entraîneur des gardiens Franck Raviot.

Au terme de sa brillante carrière, Bruno Martini, footballeur français respecté, a rejoint le poste du directeur technique national, où il a été en charge du gardien tricolore pendant plus de dix ans (1999-2010), et donné une formation pour les gardiens seniors.

Joueur d’échecs, amateur de la musique classique

Il a occupé le poste d’entraineur des gardiens de l’équipe de France entre (1999-2010), et a remporté à ce titre le Championnat d’Europe en 2000 et a été le Vice-Champion du monde en 2006.  A la direction technique national (DTN), il se consacre également à la formation des agents de sécurité supérieurs. « C’est un homme discret mais exceptionnel. Bruno est un membre de l’histoire du football français », a répondu le président de la FFF Noël Le Graët.

Bruno Martini est diplômé en coaching, il a également travaillé avec Papell Baills, le capitaine de première ligne à Montpellier a servi de courte transition, après que Rolland Courbis ait déposé sa démission en décembre 2015 et avant la nomination de Frédéric Hantz le mois suivant. Il est connu pour sa grande discrétion, il était une figure unique du football dans les années 1990.

Joueur d’échecs, intéressé par la lecture des livres (il évoque Goethe, Gide, Céline ou Monsertrant), Bruno Martini aimait aussi les anciens musiciens, tel que « Mozart, Wagner, Bach mais, surtout, Haendel ». Il est également très classique dans son poste, se comporte bien, et il ne voulait pas botter comme le gardien d’aujourd’hui.

Pour plus d’informations sur l’actualité du sport.

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte