Fuite de Carlos Ghosn au Liban

0
74
Fuite de Carlos Ghosn au Liban
gagner iphone 11 pro max

Fuite de Carlos Ghosn au Liban

Carlos Ghosn est né à Porto Velho âgé de 65 ans, et est un chef d’entreprise libano-brésilo-français.
Le ministère des Affaires étrangères à Beyrouth a réagi plus tard mardi que l’homme d’affaires était arrivé lundi « à l’aube » au Liban, au lendemain de l’arrivée de M. Ghosn poursuivi par la justice au Japon pour malversations financières.

Présence de Carlos Ghosn à l’aéroport de Beyrouth :

Après son arrivée à Beyrouth au début de cette semaine comme il a été confirmé, l’ex-responsable de la société Renault-Nissan a annoncé qu’il tiendra une conférence de presse le mercredi 8 janvier 2020, et ce, pour répondre pour répondre aux interrogations suscitées par son affaire en justice, mais surtout, celles liées aux circonstances de sa surprenante évasion du Japon vers le Liban.

Dans un communiqué, la direction générale de la sûreté générale (DGSG) a confirmé de son côté que M. Carlos Ghosn était entré « légalement » au Liban, précisant qu’il n’y a aucune mesure qui imposait « l’adoption de procédures à son encontre », et que rien ne « l’exposait à des poursuites judiciaires ».

L’information a été relayée par l’agence de presse Reuters, citant l’un de ses avocats. L’AFP, quant à elle s’appuie sur la déclaration d’une source proche du dossier, et indique ce jeudi que Carlos Ghosn avait deux passeports français, dont un sur lui dans une sacoche fermée à clé.

Fuite d’informations par certaines sources :

Parmi les sources qui ont été contacté par l’AFP, une a mentionné que trois passeports sont gardés par ses avocats, un libanais, un français et le troisième brésilien. La même source a expliqué que l’autorisation exceptionnelle du tribunal lui permettait d’en avoir un sur lui qui est enfermé dans une sacoche et qui reste en sa possession malgré que la clé fût détenue également par ses avocats.

Reuters qui cite deux membres de l’entourage de l’ex-patron a indiqué que la fuite de Carlos Ghosn aurait été orchestrée par une société de sécurité privée. Comme l’avait affirmé un média libanais, une source dans son entourage a démenti qu’il se serait enfui cacher dans une caisse d’instrument de musique.

D’après une source à la présidence libanaise, et avant de rallier le Liban, l’avion de l’ex-patron de Renault-Nissan, né le 9 mars 1954, a d’abord atterri en Turquie, un des trois pays dont il est ressortissant, avec le Brésil et la France.

Affaire de Carlos Ghosn de 2018 conclue par sa sortie de la prison :

L’ancien dirigeant de Renault a assuré après son arrivée à Beyrouth : « Je n’ai pas fui la justice, je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique », d’où il ne peut pas être livré, faute d’accord d’extradition entre le Japon et le Liban.

Fuite de Carlos Ghosn au Liban

M. Ghosn, a été arrêté fin 2018. Il a fait l’objet de quatre inculpations dans ce pays : deux pour abus de confiance aggravé, et deux autres pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan.

Carlos Ghosn n’a pas pu retrouver la liberté même après trois semaines de son arrestation surprise à Tokyo : il a été inculpé pour dissimulation de revenus sur cinq ans, tandis que sa garde à vue était prolongée sur de nouvelles accusations.

Une enquête interne a été menée au sein du constructeur japonais qui a conduit à la capture de Carlos Ghosn, Il a aussi été démis de celle de Mitsubishi Motors, tandis que Renault l’a maintenu à son poste.

Nissan reproche à son ancien sauveur outre les accusations de dissimulation de revenus, des abus de biens sociaux, notamment l’utilisation aux frais de la compagnie de résidences de luxe aux quatre coins du monde.

Après 130 jours en prison, il a obtenu en fin avril une libération sous caution, accompagnée de strictes conditions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici