Wizzz.fr

Google est imposé par une amende de 600 000 euros

-

Google est imposé par une amende de 600 000 euros

Selon l’institution, le géant américain n’a pas respecté le droit à l’oubli d’un citoyen belge qui a réclamé que les pages le concernant ne soient plus disponibles via le moteur de recherche.

L’Autorité belge de protection des données (APD) a annoncé mardi 14 juillet avoir puni Google de 600 000 euros pour non-respect du droit à l’oubli. Il s’agit de l’amende la plus élevée jamais imposée par l’APD, a déclaré l’institution dans un communiqué. Le requérant, dont l’identité n’a pas été révélée mais présentée comme une personnalité publique, a demandé à Google Belgique de « déréférencer des articles obsolètes qui portent atteinte à sa réputation » qui a été trouvé dans le moteur de recherche.

« Certaines des pages sur lesquelles il voulait être référencé concernent un éventuel étiquetage politique, qu’il rejette. La deuxième partie concerne une plainte pour harcèlement, déclarée infondée il y a de nombreuses années », explique APD, qui regrette : « Google a décidé de ne déréférencer aucune des pages en question. »

L’autorité a jugé que Google était responsable de la « violation grave » en refusant de déréférencer les pages concernant la plainte de harcèlement parce que « les faits n’étaient pas établis, sont anciens et pourraient avoir de graves conséquences pour le demandeur ». « Google a été négligent, étant donné que la société avait des preuves de non-pertinence et de faits dépassés », a déclaré Hielke Hijmans, président de la chambre de la chambre contentieuse, qui a examiné la plainte.


Votre smartphone se fait vieux et devient clairement obsolète ? Vous aimerez bien avoir le dernier iPhone modèle 2020 ? Alors pourquoi payer le prix premium pour le dernier iPhone 11 Pro Max quand vous pouvez en gagner un gratuitement ?
Wizzz est heureux d’annoncer un tout nouveau Giveaway pour iPhone 11 pro Max. Tout ce que vous avez à faire est de participer à notre super jeu de concours.
Qu’attendez-vous ? Rejoignez notre concours et courez la chance de gagner ce super iPhone. C’est aussi simple que ça, ne manquez pas l’occasion, et n’oubliez pas de partager avec vos amis !

« Cette décision est importante non seulement pour nos citoyens belges, mais elle est également la preuve de notre ambition de mieux protéger la vie privée en ligne en coopération avec nos homologues européens, ce qui nécessite des actions concrètes contre les acteurs mondiaux », a commenté David Stevens, président de l’APD.

Côté français, le 27 mars, le Conseil d’État a levé une sanction comparable à l’encontre du géant de la Silicon Valley par la Commission nationale des technologies de l’information et de la liberté (CNIL), qui a infligé à Google une amende de 100 000 euros. La décision du Conseil d’État se fonde notamment sur l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne dans ce dossier, selon lequel Google était “obligé de traiter cette dérogation non pas dans toutes les versions de son moteur, mais dans des versions correspondant à tous les États membres de l’UE.

Dans un communiqué, la CNIL a noté l’annulation de l’amende, mais s’est réjouie que la décision du Conseil d’Etat ait permis « la détermination de l’étendue géographique du droit de recours ».

C’est la première fois pour Google. Le moteur de recherche a accepté de payer pour le contenu média : le groupe a annoncé mercredi 24 juin qu’il avait conclu des accords de licence avec des éditeurs de presse en Allemagne, en Australie et au Brésil. Progrès en trompe-l’œil, avertissent certains médias. Certes, Google paie pour les informations, comme le prétend la presse depuis des années. Mais l’entreprise le fait avec des contrats commerciaux réservés à certains éditeurs, et non dans le cadre de l’application de la loi de voisinage établie en Europe et en France, qui permet aux médias de réclamer collectivement des dommages et intérêts pour la récupération d’extraits de leurs articles sur des plateformes numériques.

Ont notamment signé les journaux die Zeit, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Der Spiegel, Der Tagesspiegel, Rheinische Post en Allemagne, groupes de presse locaux et nationaux Schwartz Media, The Conversation, Private Media, Solstice Media en Australie et Diarios Associados ou A Gazeta Brasil.

Exit mobile version