Site icon Wizzz

Graffiti sur la statue de Colbert à Paris

Graffiti sur la statue de Colbert à Paris 2 Wizzz

Graffiti sur la statue de Colbert à Paris

Selon des sources parlementaires à l’AFP, hier la statue de Colbert a été découverte devant l’Assemblée nationale en partie recouverte de peinture rouge. Le ministre de Louis XIV, Colbert (1619-1683), réputé pour son volontarisme économique et industriel, est également considéré comme l’initiateur du Code noir, rédigé en 1685 pour régir l’esclavage dans les colonies françaises.

Mardi, la statue au pied de l’Assemblée nationale à Paris était recouverte de peinture rouge sur le torse et les jambes, tandis que la « négrophobie d’État » était inscrite du même matériel sur la base, rapporte des sources parlementaires, confirmant des informations provenant d’Outre-mer-les 1er.

La statue rend hommage à Jean-Baptiste Colbert, un ministre royal du XVIIe siècle qui a rédigé les règles régissant les esclaves dans les colonies françaises d’outre-mer. Il s’agit du monument le plus important de France visé depuis la mort de George Floyd aux États-Unis pour galvaniser l’action de nombreux pays contre l’injustice raciale et la violence policière. La statue a été placée sous la protection de la police au début du mois au milieu d’appels croissants pour repenser ces personnages historiques.

L’expression « Etat de négrophobie » a été peinte en rouge sur le socle du monument et la statue elle-même éclaboussée de la même peinture sur le torse et jambes. Selon France 2, qui a révélé cet incident, relayant la chaîne Outremer-la 1ère, le porte-parole de l’association anti-négrophobie de la Brigade a été arrêté et arrêté par la police.
Un groupe appelé Brigade anti-négrophobie a publié en ligne des photos de graffitis et d’un de ses militants dans une camionnette de police sur le site. Le groupe a appelé à un débat national sur ces monuments et ce qu’il appelle le racisme anti-Noir institutionnalisé en France.

Dans le sillage des manifestations antiracistes à travers le monde suite à la mort de l’Américain George Floyd, les monuments et statues liés à l’histoire coloniale française ou à la traite négrière sont à nouveau au centre d’une polémique de mémoire.

Une vidéo publiée sur Twitter par la « Brigade antinégrophobie » montre l’auteur du tag arrêté par la police et se justifiant : « Ce qui est interdit, c’est le racisme. Cet homme [Colbert] fait l’éloge de la négrophobie ».

Le piédestal de la statue du général Faidherbe (1818-1889) [qui était un administrateur colonial], dans le centre de Lille, a été étiqueté dimanche avec les mots « colon » et « assassin », écrits en rouge, le lendemain d’une manifestation pour exiger son retrait de l’espace public.

https://twitter.com/Markx_anioto/status/1275536051239563264?s=20

Colbert est célébré en France pour une doctrine économique connue sous le nom de « colbertisme », qui repose sur l’idée qu’une intervention de l’État est nécessaire pour servir l’économie et la richesse du pays.


Votre smartphone se fait vieux et devient clairement obsolète ? Vous aimerez bien avoir le dernier iPhone modèle 2020 ? Alors pourquoi payer le prix premium pour le dernier iPhone 11 Pro Max quand vous pouvez en gagner un gratuitement ?
Wizzz est heureux d’annoncer un tout nouveau Giveaway pour iPhone 11 pro Max. Tout ce que vous avez à faire est de participer à notre super jeu de concours.
Qu’attendez-vous ? Rejoignez notre concours et courez la chance de gagner ce super iPhone. C’est aussi simple que ça, ne manquez pas l’occasion, et n’oubliez pas de partager avec vos amis !

 


Colbert a également écrit le « code noir », publié deux ans après sa mort, qui régissait la vie, la mort, l’achat, la religion et le traitement des esclaves par leurs maîtres. Aucune statue en France n’a été démontée comme aux États-Unis ou dans d’autres pays, mais beaucoup ont été vandalisées ces dernières semaines.
Lundi, deux statues adjacentes au monument voisin des Invalides, où Napoléon est enterré, ont été retrouvées trempées de peinture rouge.
L’une des statues était celle de Voltaire, un grand penseur et écrivain des Lumières françaises, qui devait une partie de sa fortune au commerce de l’époque coloniale. L’autre honore Hubert Lyautey, un administrateur général et colonial qui a servi au Maroc, en Algérie, à Madagascar et en Indochine quand ils étaient sous contrôle français, et plus tard a été ministre français de la guerre pendant la Première Guerre mondiale.
Quitter la version mobile