La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

admin
2021-01-06T16:41:04+00:00
Actualités
admin2 juin 2020272 VuesDernière mise à jour :Il y a 7 mois
La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

À ce jour, le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus touché, avec plus de 500 000 cas et près de 30 000 décès.

La principale zone d’expansion de la COVID-19 est l’Amérique latine, où le nombre de cas confirmés a dépassé le million, et le ralentissement de la pandémie en Europe incite plusieurs pays à assouplir à nouveau leurs mesures sanitaires cette semaine.

Au total, 1 016 828 cas de COVID-19 ont été officiellement signalés en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Au Brésil, c’est de loin le pays d’Amérique latine le plus touché, avec plus de 500 000 cas et près de 30 000 décès. L’épidémie de COVID-19 s’est accompagnée de tensions politiques accrues sur la manière de traiter ce problème.

La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

Des conflits à São Paulo

Dimanche soir, des affrontements ont éclaté à Sao Paulo entre partisans et opposants au président Jair Bolsonaro. Le chef d’État d’extrême droite ont sous-estimé la gravité de l’épidémie, se sont opposés à diverses mesures de confinement émises par les autorités locales et ont même pris une opération de surpopulation à Brasilia, ignorant les règles de distanciation physique pour contenez l’infection.

Il a également appelé à la reprise du championnat de football. Le président a déclaré: “Parce que les joueurs de football sont jeunes et sportifs, leur risque de décès par le virus sera considérablement réduit.” Son appel était impopulaire. Le directeur sportif du São Paulo Football Club et ancienne idole de l’ancien Paris SG, Raï lui a demandé de démissionner.

A Sao Paulo, une manifestation “contre le fascisme” est entrée en collision dimanche avec une autre manifestation des partisans du président venus protesté contre les restrictions. Plusieurs centaines de personnes se sont battues dans la rue, malgré l’intervention de la police qui a tiré des gaz lacrymogènes. Au moins trois personnes ont été arrêtées.

104.356 morts aux Etats-Unis à causes de la COVID-19.

La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

Aux États-Unis, où le nombre de victimes de l’épidémie est le plus élevé du monde (104356 décès recensés dimanche), la crise sanitaire est également aggravée par de profondes ruptures politiques, et pendant une semaine une vague de colère suite à la mort d’un Noir lors de l’arrestation de la police blanche à Minneapolis, Minnesota.

La Maison Blanche a surpris en annonçant l’envoi de deux millions de doses d’hydroxychloroquine, un antipaludéen au Brésil dimanche, dont l’utilisation pour traiter COVID-19 est controversée.

Le président Donald Trump, qui a une proximité idéologique avec Jair Bolsonaro, a récemment déclaré qu’il prenait de l’hydroxychloroquine à titre préventif, contrairement aux recommandations des autorités sanitaires de son pays. L’efficacité de ce médicament par rapport à COVID-19 n’a pas encore été démontrée dans une étude rigoureuse. Plusieurs pays ont même interdit son utilisation.

Les hôpitaux en danger au Pérou.

La COVID-19 en Amérique latine et en Europe

Sur le continent américain, la pandémie hante également le Mexique, où le nombre de morts s’approche de 10 000 morts. Comme au Pérou, où il a infecté plus de 160 000 personnes, il a tué plus de 4 500 personnes et menacé de faire s’effondrer des hôpitaux.

Les dommages économiques causés par la pandémie ont poussé le Chili (où le bilan a dépassé les 1000 morts dimanche) et le Pérou à demander des lignes de crédit au Fonds monétaire international (FMI) pour un total de près de 35 milliards de dollars.

Amélioration de la situation en Europe.

En Europe, l’amélioration des conditions de santé a conduit à la suppression progressive des restrictions à la population pour arrêter la propagation de la maladie, qui a tué environ 370 000 personnes et infecté 6 millions de personnes dans le monde.

À Rome, le pape François a adressé dimanche pour la première fois en trois mois directement aux fidèles qui peuvent désormais venir l’écouter, en se plaçant soigneusement sur la place Saint-Pierre à Rome.

“Aujourd’hui, lorsque cet endroit est ouvert, nous pouvons revenir, c’est un plaisir!”, A-t-il jeté le pape argentin par la fenêtre du Palais apostolique, saluant les centaines de personnes éparpillées sur l’immense place entourée de la colonnade du Bernin, mais aussi de la police.

Un sombre tableau qui restera dans les mémoires: François est apparu fin mars sur la place Saint-Pierre déserte avec une pluie battante pour mener une prière face à une tempête pandémique, appelant à une revue du monde «effrayé et perdu» de ses priorités.

Le Royaume-Uni accélère son déconfinement.

Au Royaume-Uni, lundi, les écoles rouvrent leurs portes aux élèves de 4 à 6 ans et de 10 à 11 ans, ce qui est une phase clé mais aussi très critiquée de déconfinement que les autorités du deuxième pays le plus en deuil du monde après les États-Unis, avec plus de 38 000 décès.

Toujours au Royaume-Uni, les rassemblements de six personnes sont désormais autorisés et les personnes les plus fragiles, forcées de terminer l’isolement total, peuvent sortir prudemment. Certaines entreprises, comme les concessionnaires automobiles ou les marchés, peuvent reprendre leurs activités.

Réouverture de commerces en Russie.

En Russie, plus de deux mois après la fermeture, de nombreux magasins seront rouverts lundi à Moscou, et les parcs de la capitale seront à nouveau accessibles aux promeneurs, mais contraints de porter un masque dans l’espace public.

En Espagne, les clubs du championnat de football peuvent reprendre l’entraînement collectif, dernière étape avant la reprise de la compétition le 11 juin.

Quant aux Français, ils attendent avec impatience la réouverture des cafés et restaurants mardi, ainsi que la levée de l’interdiction de voyager à 100 km de chez eux.

En Arabie saoudite, des fidèles masqués se sont rassemblés dimanche dans les mosquées, qui ont rouvert dans tout le royaume, à l’exception de la ville sainte de La Mecque, plus de deux mois après la fermeture.

Mais sur les réseaux sociaux, certains se plaignent que certains fidèles ne respectent pas strictement les règles. “Je jure devant Dieu que certaines personnes ne portent l’intérêt à rien, Pas de masque facial. Pas de tapis “, a expliqué un internaute.

Vous aimerez peut-être aussi lire: 

Pfizer Et Biontech : Vaccin De COVID-19 Efficace.

COVID-19 – France : Macron Écarte Un Reconfinement Généralisé.

Vaccin Anti-Covid-19 : Où En Sont Les Recherches ?

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte