Les employeurs se préparent à réduire les effectifs

admin
2020-12-14T17:18:12+00:00
Actualités
admin10 juin 2020272 VuesDernière mise à jour :Il y a 9 mois
Les employeurs se préparent à réduire les effectifs

Plus d’embauche … les employeurs se préparent à réduire leurs effectifs

Pour la troisième fois depuis 2009, le baromètre Manpower Group prédit une réduction de l’emploi plus importante que l’emploi. Par conséquent, les prévisions nettes d’emploi pour le troisième trimestre indiquent -11%.

En matière d’emploi, la situation sera très compliquée pendant plusieurs mois. Compte tenu de la situation économique du pays, cela ne semble pas surprenant et les employeurs se préparent pour diminuer leurs nombre d’employés.

Les employeurs se préparent à réduire les effectifs

Ce mardi, le dernier baromètre du prospectus d’emploi Manpower Group confirme cette tendance … Les résultats de ce baromètre réalisé dans 44 pays et territoires, du 15 au 18 avril, impliquant 34000 employeurs d’entreprises privées et d’organisations publiques, dont 1093 employeurs français – dont Le Figaro révèle les principaux résultats pour l’Hexagone – sont réjouissants. Les prévisions nettes d’emploi pour le troisième trimestre 2020 sont négatives et s’élèvent à -11%. Le plus petit nombre enregistré par l’agence de recrutement.

Ce pourcentage négatif est dû à l’équilibre des perspectives d’emploi et des intentions de réduire l’effectif. En d’autres termes, ce nombre négatif indique plus de licenciements dans les prochains mois que d’embauche … Le détail du baromètre est sans ambiguïté en ce sens: si 13% des employeurs déclarent des intentions d’emploi au troisième trimestre, 21% inversement prévoient de réduire leurs effectifs.

De plus, 55% des entreprises n’anticipent aucune modification de leur salaire au cours des prochains mois et 11% ne savent pas comment leur situation évoluera. Cela signifie que le solde net d’emploi est de -8% (désaisonnalisé, il est de -11%). Un chiffre qui confirme les mois douloureux à venir … Pour illustrer l’ampleur du choc de coronavirus lors de la crise de 2009, les projections n’étaient “que” de -4%.

“Ce baromètre traduit les conséquences économiques de la crise sanitaire”, note le président de Manpower Group France Alain Roumilhac. L’activité économique en France a baissé de 27% en avril en raison du confinement, un peu moins que dans la seconde moitié de mars, où la baisse était de 32%. Les chefs d’entreprise prévoient une crise économique durable et limitent donc leurs prévisions d’emploi le plus longtemps possible, tant que l’incertitude reste élevée. ” Dans le détail, industrie hôtelière et de la restauration a été le plus clairement touché par la crise financière.

Les prévisions d’emploi sont désastreuses puisqu’elles atteignent -54%, soit une baisse de 66 points par rapport au trimestre précédent et 71 points sur l’année. Les autres secteurs, légèrement moins touchés par la crise, ont également enregistré des soldes négatifs. Les prévisions nettes d’emplois désaisonnalisées sont de -14% dans l’industrie manufacturière, -11% dans les activités financières, d’assurance et immobilières, et -10% dans la construction.

En termes de taille d’entreprise, il n’y a pas de surprise une fois de plus. Les plus petites organisations souffrent le plus de la crise. La prévision de réduction des effectifs est plus importante dans les entreprises de 10 à 49 salariés et le solde net d’emploi est de -16%. “Ce chiffre est de -13% dans les grandes entreprises, et la situation n’est pas plus excitante dans les moyennes entreprises et les TPE, qui affichent respectivement des perspectives d’emploi nettes de -8% et -6%”, a également indiqué le baromètre.

  • Le nombre de demandeurs d’emploi a explosé en avril mais les employeurs vont réduire leurs effectifs.

Les employeurs se préparent à réduire les effectifs

Cette situation n’a jamais été vue auparavant! Après deux mois de confinement et un ralentissement économique sans précédent, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (les employeurs ne demandent plus d’employés) – sans aucune activité – a augmenté, enregistrant la plus forte augmentation de 843000 nouvelles admissions par rapport à mars, le service statistique du ministère du Travail, Dares.

Il s’agit d’une explosion historique de 22,6% sur un mois. Cette très forte augmentation signifie que le nombre de candidats identifiés dans la catégorie principale de Pôle emploi est de 4 575 000, le plus haut niveau jamais enregistré depuis la création de la série en 1996.

Vous aimerez peut-être aussi lire :

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte