Les mesures gouvernementales pour éliminer progressivement le chômage partiel

admin
2020-05-15T07:32:08+00:00
Actualités
admin15 mai 20209 VuesDernière mise à jour :Il y a 7 mois
Les mesures gouvernementales pour éliminer progressivement le chômage partiel

Les mesures gouvernementales pour éliminer progressivement le chômage partiel

Le gouvernement envisage de réduire la responsabilité de l’État dans le programme de chômage partiel après avoir levé la restriction et la reprise économique est attendue. Le taux de remboursement actuellement fixé à 100% peut être initialement réduit à 90%.

Cela concerne un million d’entreprises avec 12,4 millions d’employés. Le recours au chômage partiel a sans surprise atteint un niveau sans précédent en France depuis le début de la crise sanitaire. Il faut dire que le gouvernement n’a pas évité des mesures pour éviter les licenciements, faisant de ce dispositif “le plus généreux d’Europe”, comme il aime à le rappeler.

À raison d’ailleurs: lorsque le chômage partiel en France payé à 100% par l’État garantit aux salariés concernés 84% ​​du salaire net (100% pour les personnes au SMIC ou à temps partiel), le système allemand ne prévoit que de compensation de 60 à 67% de leur salaire. Et lorsque la France fixe le plafond des prestations à 4,5 fois le salaire minimum (soit plus de 5000 euros nets), au Royaume-Uni, qui compense jusqu’à 80% du salaire brut, et l’Italie est fixée à 2831 euros et 1200 euros respectivement.

Le chômage partiel en France constitue donc un solide filet de sécurité pour les salariés. Mais sa contrepartie sera extrêmement chère. Si le gouvernement attend 24 milliards d’euros dans le deuxième projet de loi de finances révisé, alors ce dernier devrait se situer aux alentours de 50 milliards d’euros. C’est tout le paradoxe de ce dispositif.

Particulièrement généreux et très protecteur, il est très attractif pour les entreprises qui n’ont pas hésité à s’en servir et à l’utiliser peut-être plus longtemps que prévu pour certaines d’entre elles. En conséquence, il est maintenant accusé de ralentir la reprise économique.

  • Recalibrer le chômage partiel

Par conséquent, au moment du déconfinement, l’exécutif entend réduire les coûts en réduisant le soutien de l’État. Pour “ encourager ” la relance de l’économie, Muriel Pénicaud a souligné mercredi que d’ici “ la fin de la semaine ”, le gouvernement déciderait “ d’évoluer progressivement ” le système de chômage partiel à partir de juin en “ baissant ” une partie ” du recouvrement des coûts des entreprises. “De nos jours, il y a des conditions pour la reprise. Il n’y a donc aucune raison pour que l’État continue de payer le plein salaire à 12 millions de salariés en France “, a-t-elle expliqué mardi à nouveau.

Selon Les Echos, le taux de soutien gouvernemental aux salaires devrait initialement être ramené à 90%, sauf dans les secteurs forcés par des fermetures administratives comme les hôtels et les restaurants. Les entreprises paieront donc les 10% restants. Cependant, ce nouveau taux de couverture reste à confirmer. Si tel était le cas, cela pourrait être garanti au moins jusqu’à la rentrée, à la demande des employeurs. Avant de réduire davantage la participation de l’État.

Quant au plafond fixé aujourd’hui à 4,5 fois le SMIC, certains membres du gouvernement souhaiteraient le ramener à 3,5. Mais cette option serait hors de question pour l’instant, au moins pour le mois de juin.

À partir du 18 mars, l’État a pris en charge l’intégralité du montant versé à l’employé. Une petite explication: que ce soit en CDI ou CDD, ces règles ne diffèrent pas. Un moyen utile de sauver des emplois et d’éviter les licenciements économiques forcés pour les entreprises touchées par la crise. Une aide substantielle, qui représente environ 50 milliards d’euros pour l’économie. Aujourd’hui, pour réduire les ruptures et éviter le surendettement.

Pour rappel, le lundi 16 mars 2020, Emmanuel Macron a annoncé successivement lors d’une allocution télévisée de nouvelles mesures applicables pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus et un plan de protection économique des salariés et des entreprises touchés par la crise. À la suite du confinement, de nombreux employés se sont retrouvés en chômage partiel ou technique. De nombreuses entreprises devraient continuer à utiliser ce dispositif, au moins jusqu’au début de l’année scolaire.

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte