Publicité

L’OMS reprend les essais sur l’hydroxychloroquine

admin
2020-12-17T16:29:34+00:00
Actualités
admin5 juin 2020256 VuesDernière mise à jour :Il y a 6 mois
L’OMS reprend les essais sur l’hydroxychloroquine

COVID-19 : L’OMS reprend les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine après la suspension

Neuf jours après la suspension des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a décidé ce mercredi 03 juin de reprendre ces essais, qui sont arrêtés le 25 mai suite à la publication d’une étude à grande échelle sur l’utilisation de la chloroquine et sa dérivée comme traitement pour lutter contre la maladie du Coronavirus dans la revue scientifique médicale britannique “The Lancet”, qui a montré que le médicament était inutile pour la santé, et n’a pas bénéficié aux patients atteints le nouveau virus de COVID-19. Mais le magazine s’est éloigné de l’étude ce mardi 02 juin, annonçant de “grandes questions” à son sujet.

  • La reprise des essais cliniques de Solidarité sur l’hydroxychloroquine et ce qui a incité à telle décision :

L’OMS reprend les essais sur l’hydroxychloroquine

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé ce mercredi 03 juin la reprise des essais cliniques sur la chloroquine ou bien le dérivé de l’antipaludéen chloroquine dans le cadre de la lutte contre la maladie de COVID-19 provoquée par le SARS-COV-2, qui a été apparu pour la première fois à la ville de Wuhan au centre de la Chine à la mi-décembre 2019 et qui est devenue une pandémie. l’hydroxychloroquine était inscrit sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la Santé comme un traitement potentielle pour cette épidémie.

L’OMS a confirmé, le 25 mai dernier, après trois jours de la publication de l’étude dans le magazine britannique, une étude à grande échelle qui a montré que l’implication de ce médicament pourrait provoquer le décès des patients atteints de la maladie du nouveau Coronavirus. Cette étude sur la chloroquine et sa dérivée l’hydroxychloroquine a examiné les dossiers médicaux de 96.000 des patients de nouveau Coronavirus au sein de 671 hôpitaux dans les pays partenaires de l’Organisations qui ont mené des essais cliniques sur ce médicaments.

L’arrêt temporaire des essais cliniques de solidarité sur l’hydroxychloroquine visait à permettre à l’Organisation d’examiner les renseignements disponibles, pourvu qu’elle rende une décision à la mi-juin. Mais la revue The Lancet a annoncé qu’il s’éloignait de l’étude ce mardi 02 juin soir, dans une alerte officielle, qu’il avait de “grandes questions” dans ce domaine, ce qui a incité l’Organisation mondiale de la Santé à publier ses conclusions plus tôt.

Publicité
L’OMS reprend les essais sur l’hydroxychloroquine

Ce mercredi 3 juin, Tedros Ghebreyesus, directeur générale de l’OMS a indiqué pendant une conférence de presse que le DSMB, le comité de surveillance et de suivi, qui examine les résultats obtenus pendant le suivi de l’essai clinique et le seul qui peut accéder à tous les données brutes de la Solidarité, n’a pas détecter aucun signe de toxicité significatif chez les malades atteints le nouveau COVID-19 qui reçoivent un traitement par l’hydroxychloroquine.

Le groupe exécutif de l’essai de Solidarité, représentant les pays participants, avait “reçu cette recommandation et avait reconnu la poursuite des essais cliniques avec les traitements testés : interféron-1a, remdésivir, lopinavir/ritonavir, et bien sûr l’hydroxychloroquine.”

De sa part, Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’OMS a déclaré lors de la conférence de presse du siège de l’Organisation à Genève qu’ils sont convaincus qu’il n’y a pas de différence dans la mortalité.

Avant que “The Lancet” la revue médicale scientifique britannique a publié ces doutes de l’étude qu’elle a publié ce mardi 02 juin et l’OMS la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine ce mercredi 03 juin, de grands noms dans le domaine scientifiques ont publié le 28 mai une lettre afin d’exprimer leurs craintes sur les méthodes de l’étude qui a incité à suspendre l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme un traitement potentiel du nouveau virus de COVID-19 et la sécurité des données ainsi que plusieurs problématiques détectés.

Vous aimerez peut-être aussi lire :

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte