Netflix lance sa nouvelle offre d’essai

0
452 vues
Netflix lance sa nouvelle offre d'essai

Netflix lance sa nouvelle offre d’essai

Après avoir abandonné 30 jours pour en faire une découverte de service liée à certains films gratuits, Netflix prévoit clairement de se retirer. Ces derniers jours, le service de streaming a de nouveau proposé une période d’essai moyennant des frais … de 0 Euro à 3,99 Euro !

Depuis longtemps, Netflix a ravi les plus malins, offrant 30 jours gratuits pour découvrir son service. Il suffisait de fournir une adresse e-mail pour activer le compte avant de se désengager. Tant d’adresses et tant de mois gratuits de films, séries et documentaires en tout genre …

Tout s’est terminé en France début 2020, lorsque le service de streaming vidéo a décidé de mettre fin à sa période d’essai gratuite. Au lieu de cela, Netflix a ensuite proposé de regarder un film gratuit pour comprendre les secrets du service (à tous les garçons que j’ai aimés).

  • Des offres d’essai de 0 à 3.99 euros

Face à la concurrence proposant une période d’essai de sept jours (Apple TV +, OCS) à une période d’essai de 30 jours (Amazon Prime Video) et qui a utilisé le plafond pour augmenter sa base d’abonnés, Netflix a finalement inversé sa position en juin et repoussé la période d’essai à 7 jours.

Netflix lance sa nouvelle offre d'essai

Mais ces derniers jours, la politique maison semble avoir de nouveau changé. Après sept jours, Netflix propose désormais une offre d’essai de 30 jours pour 0,99 €. D’un autre côté, bonne affaire en vue, l’offre Netflix sur la page d’accueil était … zéro euro pour la même période ! Presque tout le monde avait droit au prix : pour certains 0,05 EUR, pour d’autres 0,99 EUR, et pour les plus malchanceux de ces offres visiblement aléatoires jusqu’à 3,99 EUR. Pour d’autres, il n’y avait même pas d’offre d’essai, ni sur la page d’accueil, ni dans les conditions d’abonnement.

Netflix lance sa nouvelle offre d'essai

Ces prix varient parfois même en fonction du choix du navigateur utilisé. Si vous souhaitez payer le premier mois le moins cher possible, n’hésitez pas à en essayer quelques-uns.

  • Une fin d’année moins brillante à stimuler

Dans une lettre à ses actionnaires, Reed Hastings a salué la croissance « supérieure à la moyenne » au cours des deux premiers trimestres de l’année, en grande partie en raison du confinement. Le nombre de nouveaux abonnés sur six mois était plus de deux fois plus que l’année précédente. Mais le patron de Netflix a également mis en garde contre le silence de fin d’année et d’un ralentissement de la croissance.

Ces propos expliqueraient sans doute le retour d’une période d’essai plus agressive, mais pas forcément « à l’ancienne ». La France est l’un des pays européens où Netflix est le mieux implanté depuis son apparition en 2015. En janvier de l’année dernière, Reed Hastings annonçait «6,7 millions d’abonnés en France », ou plutôt des comptes payants, dans les colonnes « Express ». L’arrivée tumultueuse de Disney + et la montée en puissance de Prime Video pourraient également donner une sueur froide au géant de Los Gatos au point qu’il réagirait si aléatoirement.

Netflix a gagné beaucoup d’abonnés pendant le confinement, mais est maintenant confronté à la concurrence de Disney + ainsi que d’Apple, Warner et NBC. Selon les dernières données disponibles, la plateforme a acquis près de 26 millions de nouveaux clients en six mois, ce qui est une augmentation historique. En France, Netflix comptait près de 7 millions d’abonnés mensuels en début d’année.

Ou peut-être souhaite-t-il simplement augmenter le nombre d’utilisateurs motivés. En mai, Netflix a suggéré qu’il pourrait nettoyer certains abonnés les moins assidus. Il a récemment promis d’aider les indécis en exécutant un programme pour eux afin qu’ils ne quittent pas le service trop tôt.

Il est donc compréhensible que Netflix jette ici quelques réseaux à l’eau et attend plusieurs semaines pour voir lequel attirera le plus d’abonnés. N’oubliez pas, qu’il soit payant ou non, l’accès au « mois gratuit » de Netflix a toujours obligé l’utilisateur à fournir des informations bancaires. Il n’est pas nécessaire de considérer cette manœuvre comme une ruse pour construire d’énormes bases de données : elles sont pleines depuis longtemps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici