Renault supprime 15.000 emplois dans le monde

admin1 juin 2020363 VuesDernière mise à jour :Il y a 11 mois
admin
Actualités
Renault supprime 15 000 emplois dans le monde, dont 4 600 en France

Renault supprime 15 000 emplois dans le monde, dont 4 600 en France

La marque au losange n’annonce pas la fermeture des usines françaises, mais la restructuration.

C’est donc officiel. Dans un communiqué, Renault annonce près de 15 000 suppressions d’emplois dans le monde soit 8% des effectifs, dont 4 600 en France (sur 48 000) sans licenciements. Ce plan d’économies de 2 milliards d’euros d’économies sur trois ans est basé sur la «reconversion, la mobilité interne et les départs volontaires».

« Dans un sens d’incertitude et de complexité, ce projet est nécessaire pour garantir des résultats solides et durables », a annoncé la directrice générale par intérim Clotilde Delbos, citée dans un communiqué de presse.

Renault, qui souffre d’une surcapacité de production mondiale, a annoncé ses premières pertes en dix ans en février, s’affaiblissant du fait de la crise de Covid-19.

  • Une fermeture et des restructurations

Renault supprime 15.000 emplois dans le monde

En termes d’usines, de restructuration et de fermeture: usines à Choisy-le-Roi. Renault annonce la création d’un pôle d’excellence dans les secteurs de l’électrique et des services publics avec deux usines à Douai et Maubeuge dans le nord. Le constructeur entame une réflexion sur la transformation de l’usine de Dieppe (Seine-Maritime) à l’issue de la production de l’Alpine A110.

Renault annonce également la création d’un centre d’économie circulaire dans l’usine historique de Flins (Yvelines), qui déplacera les opérations de l’usine de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) qui emploie 260 personnes pour recycler les pièces. La marque souhaite également entamer une revue stratégique de la fonderie bretonne de Caudan (Morbihan).

Le groupe Renault CFDT « a dénoncé » l’austérité vendredi matin qualifiée de « projet de rupture sociale et de désindustrialisation ». Le deuxième syndicat du groupe « se fera entendre par tous les moyens possibles pour trouver des solutions cohérentes avec le respect des salariés et l’avenir de tous les sites Renault en France », a-t-il souligné dans un communiqué.

Vous rêvez de gagner une voiture du premier constructeur automobile mondial, Renault ? Nous vous proposons de participer au jeu concours organisé par icipourgagner.fr, un site web dédié au jeux concours, afin de tenter la chance pour gagner la Renault Clio 4.

Participer maintenant !

  • Un coût de 1,2 milliard d’euros

Au niveau international, Renault déclare « la suspension des projets d’augmentation de capacité prévus au Maroc et en Roumanie ». Il a dit qu’il étudiait « l’ajustement de la capacité de production en Russie et la rationalisation de la production de transmission dans le monde ».

Ces mesures devraient contribuer à 650 millions d’euros pour la réduction des coûts, le solde d’ingénierie (800 millions) et les fonctions de support (700 millions) pour un total d’environ 2,15 milliards euros.

Rappelons que les syndicats remettent en cause la surproduction de Renault en France. « La surcapacité ne s’applique pas à la France », souligne Franck Daout, délégué syndical central de la CFDT Renault

Par ailleurs, le constructeur prévoit de réduire les coûts d’ingénierie de 800 millions d’euros, évoquant « l’optimisation de l’utilisation des centres de R&D à l’étranger et la sous-traitance ». Il annonce la réorganisation de son techno centre à Guyancourt (Yvelines).

Enfin, des économies de 700 millions d’euros sont prévues pour les fonctions générales, marketing et autres supports. Le coût de ces mesures est estimé à 1,2 milliard d’euros pour environ 2,15 milliards d’économie annuelle sur ses coûts fixes.

Après des ragots de presse provoquant la fermeture des sites français, le président français Emmanuel Macron a appelé le 26 mai à une « garantie » pour l’avenir des salariés. Il a exercé des pressions sur Renault, avertissant qu’un prêt de 5 milliards d’euros garanti par l’Etat ne serait pas signé avant le début des discussions en début de semaine prochaine.

L’Etat français est le premier actionnaire du groupe diamantaire avec 15% du capital. Le plan d’austérité a été présenté aux syndicats français le 28 mai lors d’un Comité socio-économique (CCSE).

Le partenaire japonais de Renault, Nissan, a annoncé jeudi la fermeture de son usine espagnole à Barcelone et d’ici 2023. Il réduira environ 20% de sa capacité de production mondiale.

Mercredi, Renault, Nissan et leur allié Mitsubishi Motors ont annoncé un changement stratégique, favorisant désormais la rentabilité dans la course au volume, brisant les plans de l’ancien patron refoulé de Carlos Ghosn.

Derniers articles

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte