Salomon: “En cas de doute, faut faire des tests”

admin
2021-01-14T16:57:52+00:00
Actualités
admin21 mai 202079 VuesDernière mise à jour :Il y a 3 jours
Salomon: “En cas de doute, faut faire des tests”

“En cas de doute, faut faire des tests” prévoit Jérôme Salomon

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection à Covid-19 continue de chuter à 18 468, bien qu’il y ait eu 506 nouvelles admissions en 24 heures. Le directeur général de la santé l’a remarqué une semaine après la déconfinement.

Selon les chiffres de la direction générale de la santé, le nombre de victimes de l’épidémie de coronavirus a été révisé mardi à au moins 28 022 personnes.

Dans ses données du 19 mai sur le site Internet du gouvernement, la DGS fait état de 10 308 décès à Ehpad, contre 10 650 lundi.

Après avoir demandé au DGS, il a expliqué que ce nouveau chiffre “est dû à des corrections dans les rapports de données des agences régionales de santé”. Le nombre de décès dans les hôpitaux est passé à 17 714, soit 125 de plus que lundi. Il y a déjà eu plusieurs problèmes de rétroaction sur les bilans chez Ehpad, car ils sont inclus depuis début avril.

  • “Le risque d’avoir un contact avec le virus augmente”, Jérôme Salomon

Salomon: "En cas de doute, faut faire des tests"

Lors de l’enregistrement quelques minutes plus tôt, son premier directeur de la santé, Jérôme Salomon, n’a pas signalé, en environ deux semaines, contrairement au nombre habituel de décès, se contentant d’hospitalisations, notamment en réanimation, qui est toujours en baisse, à 1894 patients graves ( – 104 dans les 24 heures).

Interrogé sur l’objectif à long terme du gouvernement de pouvoir effectuer 700 000 tests par semaine, ce qui est maintenant à mi-chemin des 50 000 tests effectués quotidiennement, Jérôme Salomon a affirmé que ce nombre n’était pas vraiment une «vraie cible».

“Le véritable objectif est de réaliser des tests pour toutes les personnes présentant des symptômes, pour toutes les personnes qui en ont besoin, en particulier les cas de contact (…) dans toutes les situations où nous avons besoin de tester, autour du cluster autour des cas groupés (…), toutes les situations hospitalières qui en ont besoin (…), c’est le véritable objectif de réussir notre stratégie de dépistage et nous y parviendrons “, a-t-il déclaré.

“Il faut être dépisté en cas de doute”, ordonnant au médecin de passer le test, s’il y a des symptômes, a-t-il dit, assurant que “le déconfinement ne signifie pas la fin de l’épidémie”. Interrogé sur une possible augmentation du nombre d’infections depuis le déconfinement, Jérôme Salomon a répondu qu’”aujourd’hui nous n’avons pas ce signal”.

“Mais nous devons être très prudents car nous avons encore quelques jours de vigilance, nous observons des changements de comportement, les gens retournent progressivement au travail, le nombre de personnes dans les transports continue de croître, il faut donc savoir que la situation évolue, et que nous avons une diminution liée à la période d’incubation, et donc nous devons être extrêmement prudents “, a-t-il insisté.

Salomon a également fourni de nouvelles données sur les maladies inflammatoires infantiles similaires à la maladie de Kawasaki et probablement associées à Covid-19 et affectant certains enfants. 144 cas identifiés à ce jour.

Depuis le 1er mars, “152 cas ont été signalés, dont 98 sont une association possible avec la maladie (Covid), pour d’autres l’enquête est toujours en cours et dans de nombreux autres cas aucune association avec la maladie. Un pic avait lieu mi-avril et une baisse régulière depuis “.

Santé publique France publiera également “avant fin juin” le nombre de décès à domicile, beaucoup plus difficiles à déterminer. “En France, les certificats de décès sont pour la plupart rédigés sur un document papier répertoriant les causes de décès. Seulement 20% sont électroniques. Par conséquent, la saisie et l’analyse de toutes les données prennent plus de temps. Nous les analysons. Selon nos premières informations, les décès à domicile représentent 1% des décès de Covid, mais il est trop tôt pour faire le bilan final », précise Geneviève Chêne.

Lien Court

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et d’analyser notre trafic ...Lire plus

j'accepte