Sanctions américaines contre la France

0
80
Sanctions américaines contre la France
gagner iphone 11 pro max

Sanctions américaines contre la France

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a appelé le gouvernement américain à “reprendre ses esprits” sur les tarifs de rétorsion proposés en réponse à la taxe technologique française dans une interview à France Inter.

Le représentant américain au commerce prévoit de tenir une audience publique mardi pour discuter d’une réponse à la taxe sur les services numériques française que l’administration a déjà condamnée comme « protectionniste » et « injuste ».

« Cette guerre commerciale n’est dans l’intérêt de personne et j’appelle nos amis américains à faire preuve de sagesse, à reprendre leurs esprits », a déclaré Le Maire sur France Inter radio alors que le gouvernement américain s’apprête à imposer des sanctions. Le Maire a émis un avertissement selon lequel il réagirait si les tarifs étaient appliqués.

Enfin, Le Maire a écrit au représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, pour l’exhorter à ne pas imposer de sanctions à la France. « J’insiste sur le fait que notre taxe n’est pas discriminatoire à l’égard des entreprises américaines », a indiqué la lettre, dont une copie a été obtenue par des journalistes.

De nouvelles taxes ?

Il y a un an, les États-Unis ont relancé les négociations sur la fiscalité numérique au sein de l’OCDE, qu’ils avaient bloquées depuis plusieurs années, mais en décembre elles ont posé des conditions rejetées par la France, laissant le plan douter de la possibilité de trouver un accord global avant la fin de l’année. 2020.

Par conséquent, le maire a invité Washington « à travailler à un compromis à l’OCDE et à éviter une montée en flèche qui ne profitera à personne ».

Le ministre français dans sa lettre à M. Lighthizer, a réitéré le message qu’il répète d’il y a un an depuis la décision française de taxer les entreprises numériques, en soulignant qu’il ne s’adressait pas exclusivement aux géants américains Google, Apple, Facebook et Amazon, connus de l’acronyme Gafa.

Le président Donald Trump a menacé le mois dernier de punir Paris pour une nouvelle taxe sur les géants de la technologie tels que Netflix et Amazon, dévoilant des droits de rétorsion exorbitants sur 2,4 milliards de dollars de vins français, de maquillage et de sacs à main en cuir.

Il y a un mois, l’administration Trump a averti de surtaxer « jusqu’à 100% » et donc l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits d’origine française, y compris le champagne, plusieurs types de produits laitiers, les sacs à main en cuir, les cosmétiques, les plats en porcelaine et même les articles de cuisine en fonte qui seront visés.

L’année dernière, la France a approuvé une nouvelle taxe sur les entreprises technologiques alors que les efforts internationaux se poursuivaient pour trouver un nouveau modèle pour taxer leurs revenus générés par les ventes et la publicité en ligne.

Les entreprises technologiques paient souvent peu dans de nombreux pays en raison de leur manque de présence physique. La taxe verra ces entreprises payer jusqu’à trois pour cent de leurs revenus gagnés en France.

Après avoir bloqué les pourparlers de l’OCDE pendant plusieurs années, les États-Unis les ont relancés l’année dernière pour faire en décembre des propositions que la France a rejetées et ont mis en doute l’objectif de parvenir à un accord mondial cette année.

Le Maire a exhorté Washington « à travailler à un compromis à l’OCDE pour éviter les situations extrêmes qui ne profitent à personne ».

Si les États-Unis donnent suite à leur menace, ce sera la deuxième fois que la France sera touchée, car à la mi-octobre, Washington a imposé des sanctions à la suite d’une longue bataille juridique sur les subventions européennes au constructeur aéronautique Airbus.

Les sanctions ont vu des tarifs punitifs de 10% imposés sur les avions de l’UE et de 25% sur une variété de produits alimentaires, dont le vin français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici